Lola: la destruction de la forêt de Bonama met en péril la vie des animaux endémiques

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

La Forêt de Bonama a été classée en 1955 par l’administration coloniale dans le but de sauvegarder les espèces animales endémiques, telles que les éléphants géants d’Afrique. Cependant, le groupe qui utilisait cette région pour la mise-bas ne s’y trouve plus, ayant migré vers la Côte d’Ivoire. Ces éléphants font maintenant souvent escale à Soumaorosso, une localité située à 500 kilomètres de la frontière ivoirienne.

Pour comprendre la disparition de ces animaux endémiques, notre reporter basé à Lola s’est rendu sur place. Gõmou Kiamou, habitant de Zessou, commence par rappeler que « la forêt de Bonama a émergé autour du mont Bonama. Entre 2001 et 2004, elle a connu une expansion, limitée par un petit ruisseau appelé Yigbènè, depuis la source jusqu’à l’embouchure. C’était une forêt dense équatoriale abritant divers types de bois, de lianes et d’animaux. Notre inquiétude actuelle découle du fait que les habitants de la forêt ne parviennent plus à subsister grâce aux produits forestiers. La déforestation a un impact sur l’artisanat, avec la disparition de nombreuses plantes utilisées dans la fabrication de nattes. Même la production de vin blanc est menacée en raison de la diminution de l’espace pour le bambou raphia. »

En abordant la problématique de la conservation de la forêt, M. Gõmou affirme que « cette forêt dense, autrefois riche en biodiversité, suscite désormais la frustration parmi les populations. Elle était cruciale pour la communauté, abritant des éléphants qui venaient se reproduire ici. Ces éléphants effectuaient leurs mises bas dans la forêt, provenant d’un groupe important en provenance de la Côte d’Ivoire. Des oiseaux, tels que le calao, qui étaient autrefois abondants, ont aujourd’hui disparu, bien qu’ils étaient observés en groupes nombreux dans les villages. Il y avait trois espèces, dont le calao noir qui était le plus imposant. Les chimpanzés étaient également présents en grand nombre. Cependant, aujourd’hui, ils ne sont plus visibles dans la région, même après deux ans passés en brousse. Tout a commencé en 1996 avec l’arrivée des sociétés d’exploitation forestière. En moins de 30 ans, tout a été détruit. Alors que d’autres pays ont pratiqué l’exploitation depuis l’indépendance, cela a été une catastrophe pour la Guinée. Ils ont tout détruit pour les générations futures. Nous regrettons la destruction de la forêt de Bonama. Après la dévastation par les exploitants, nous-mêmes nous y installons pour continuer la destruction avec le feu », déplore-t-il.

Articles similaires

Read Entire Article
Questions Fréquemment Posées
Articles - News - SiteMap