Délai de la transition: « le plus important, c’est la qualité du travail qui sera fait » (Bah Oury)

1 week ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Comme annoncé par le Colonel Mamadi Doumbouya, la durée de la transition vient d’être entérinée par l’organe qui fait office de parlement.

Réunis en plénière extraordinaire mercredi 11 mai 2022, les conseillers du CNT ont finalement adopté 36 mois comme délai de cette période cruciale pour les guinéens.

L’approbation de ce calendrier de la transition ne fait point l’unanimité au sein de l’échiquier politique guinéen.

Contrairement aux leaders membres du Groupe 58, le président de l’UDRG trouve tout à fait raisonnable cette démarche.

« Nous avions donné mandat à notre représentant au niveau du CNT M. Victor Bangoura d’indiquer que le délai du CNRD était tout à fait raisonnable, qu’il fallait simplement faire des ajustements à la marque. Et c’est ce qui a été fait avec les 36 mois », a-t-il soutenu d’entrée de jeu.

Pour Bah Oury, l’objectif recherché c’est la réalisation des dix (10) étapes indiquées dans le chronogramme avec beaucoup de rigueur et de professionnalisme.

« Le plus important, c’est la qualité du travail qui sera fait. Si ceci est fait conformément à ce qui est indiqué dans le chronogramme, la Guinée va rattraper son retard dans les années à venir. Parce que la qualité de la gouvernance aura les moyens d’être beaucoup plus performante beaucoup plus efficace », ajoute-t-il.

L’ancien vice-président de l’UFDG qui insiste sur la qualité du travail qui sera abattu à travers l’efficacité des équipes qui vont être mises en place reste convaincu que l’aboutissement de ce grand projet, permettra à la Guinée de faire un saut qualitatif extrêmement important dans un futur proche.

« Le délai est raisonnable, ça ne nous dérange pas du tout, au contraire nous estimons que c’est très important. Vaut mieux faire correctement les choses pour avoir une fondation beaucoup plus solide, pour pouvoir construire un gratte-ciel là-dessus. Ça ne sert à rien de faire semblant d’avoir une fondation et qui ne pourra même pas contenir deux (2) étages. Nous voulons des gratte-ciels pour la Guinée donc la fondation doit être extrêmement solide », a estimé cette personnalité ressource au sein du Conseil National des Assises.

Hadja Kadé Barry

Articles similaires

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap